Pourquoi l'immersion est-elle essentielle à l'entraînement en simulateur ?
Qu'est-ce que l'immersion ? (part 1/2)
Pourquoi est-elle une alliée incontournable en formation ?

L’immersion est le fait de se retrouver dans un milieu étranger sans contact direct avec son milieu d’origine (cf. dictionnaire Larousse). En simulation, l’immersion peut être obtenue en trompant un ou plusieurs des sens (en général la vue et l’ouïe, parfois la proprioception, plus rarement le toucher et exceptionnellement l’odorat…) pour « faire croire » au cerveau qu’il se trouve dans un milieu spécifique (le milieu simulé).

Ainsi dans une simulation de pilotage, l’immersion va consister à tromper le cerveau de l’utilisateur pour que celui-ci s’imagine d’avantage aux commandes d’un aéronef qu’assis dans un bureau face à un ordinateur. Bien évidemment, le cerveau ne se laisse pas totalement tromper et l’utilisateur sait en permanence où il se trouve réellement (ne serait-ce que parce qu’il se rappelle s’être assis face à un ordinateur et pas dans le cockpit d’un avion quelques minutes plus tôt…). Mais si l’immersion est suffisante, le cerveau va finir par accepter la cohabitation des milieux (réel et simulé) et commencer à agir dans le milieu simulé de la même manière qu’il le ferait dans un milieu réel équivalent.

Nous pouvons définir que l’immersion est satisfaisante lorsque les réactions physiologiques de l’utilisateur (rythme cardiaque, sudation, hypervigilance…) commencent à s’accorder d’avantage aux interactions avec le milieu simulé que celles avec le milieu réel.

Quel intérêt à l’immersion en simulation

La simulation de pilotage peut avoir deux objectifs différents mais pas forcément contradictoires : la formation et l amusement. L immersion sert ces deux objectifs. Un panorama des propriétés psychologiques de l’immersion est présenté dans l'étude de G. Makransky et G.B. Petersen [2].
 

Intérêt pédagogique


L’intérêt pédagogique de la simulation est évident. En mettant un utilisateur dans le milieu qu’il doit apprendre à maîtriser, nous le plaçons dans les meilleures conditions possibles pour apprendre à interagir correctement avec cet environnement.

L’apprentissage est de meilleure qualité lorsqu’il est actif et participatif.

Ainsi, un élève pilote d’avion dans un simulateur de vol peut appréhender les effets de ses actions sur le vol et acquérir les actes réflexes du pilotage d’une manière équivalente à ce qu’il aurait expérimenté aux commandes d’un aéronefs en vol. Équivalente mais pas identique. Toutefois le coût financier d’une heure de vol en simulateur est bien moindre que sur un avion réel, de même que la prise de risque.

L’intérêt d’obtenir une bonne immersion dans ce cas, est de réduire au maximum les différences entre le milieu simulé et un milieu réel équivalent du point de vue du cerveau de l’élève.

Pour être efficace, un bon simulateur de pilotage d’avion doit donc mettre l’élève dans une situation où son corps sera en mesure d’interagir avec l’aéronef simulé de la même manière qu’il le ferait dans un véritable avion :

- Les commandes de l’avion doivent avoir la même ergonomie (position, forme et effort à réaliser pour les actionner),

- Les informations du milieu simulé doivent parvenir à l’utilisateur par les mêmes sens physiques (vue, ouïe, toucher, proprioception, équilibrioception…),

- Le milieu simulé doit offrir suffisamment de stimuli au cerveau de l’élève pour que celui-ci soit plus préoccupé par ses interactions avec le milieu simulé que par les différences qui existent entre ce dernier et la réalité. C’est-à-dire qu’il doit souvent se passer quelque chose…

Dans ces conditions, la formation sur simulateur sera optimale et elle permettra à l’élève de progresser d’une manière équivalente à ce qu’il aurait obtenu en vol, mais pour un coût financier et un risque très largement diminué.

Le second grand intérêt de l’immersion dans le cadre de la formation au pilotage d’avion est sa capacité à placer l’élève dans des situations limites sans lui faire courir de danger.

On n’acquiert jamais mieux une compétence que lorsqu’on a réellement vécu une situation.

Le but ultime de la formation d’un pilote, est de le rendre capable de réagir correctement face à une situation dangereuse pour assurer sa sécurité, celle de son aéronef et des personnes qui l’entourent. La simulation devient alors plus efficace que la mise en situation réelle car elle permet de reproduire les pires situations (pannes, trafic concurrent, météo…) sans risque réel. Dans ce cadre, une simulation suffisamment immersive est en mesure de tromper suffisamment le cerveau de l’élève pour déclencher chez lui les mêmes mécanismes physiologiques qu’il aurait à gérer ou contrer en situation réelle.


Intérêt ludique


L’intérêt ludique de l’immersion en simulation ne sert pas directement le besoin de formation mais il le favorise.

En plaçant l’apprenant dans une situation de pilotage la plus réaliste possible, un simulateur immersif va parvenir à suffisamment leurrer l’utilisateur pour qu’il se mette en situation d’un véritable vol, et cela va avoir un impact sur sa perception de l’écoulement du temps.

Par exemple, une situation de vol avec un exercice de navigation comprenant de longues phases de transit entre les points tournants peut être soporifique pour l’élève s’il ne parvient pas à se représenter aux commandes de l’avion. 20 minutes à regarder un écran en attendant d’atteindre une position paraissent excessivement longues quand on est assis devant un ordinateur. Ces mêmes 20 minutes sembleraient plus courtes pour le même élève aux commandes d’un avion même en vol stabilisé. L’expérience montre qu’un utilisateur reste d’avantage concentré si la simulation l’immerge suffisamment dans la situation de l’exercice.

A suivre :
Dans la 2eme partie de cet article, nous verrons comment rendre l'immersion efficace grâce à l'illusion de certains sens en particulier : proprioception, vue, haptique et équilibrioception.

Quelques références

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Immersion_(réalité_virtuelle) (consulté le 10.02.2021)
[2] Makransky, G., Petersen, G.B. The Cognitive Affective Model of Immersive Learning (CAMIL): a Theoretical Research-Based Model of Learning in Immersive Virtual Reality. Educ Psychol Rev (2021). https://doi.org/10.1007/s10648-020-09586-2


Immersion et perception du temps

La concentration est améliorée,  lorsque l'immersion est grande, par exemple par des sollicitations fréquentes.

Odoo • Texte et Image
dans SAFETYN
SAFETYN'Coach, l'offre de coaching de SAFETYN disponible dès janvier 2021
SAFETYN'Coach est un service de coaching en visio-conférence avec des pilotes de haut vol (pilotes de Rafale, instructeurs, pilotes de voltige, commandants de bord,...)